Un pas de plus dans la cours des grands : les numéros

Je sais que c’est plus ou moins partout pareil, mais disons qu’en France on adooooooooore mettre des étiquettes à tout. On a des noms spéciaux, des statuts, des numéros en pagaille, 10 000 référents, des tonnes de papiers et même avec ça on n’a fait qu’effleurer la base de l’administration.

Ce qui commence à être très ennuyeux, c’est pour les start up, les nouveaux métiers, les concepts qui mêlent plusieurs corps de métiers en un seul service par exemple. Ce genre de nouveautés agace l’administration française parce que du coup… bin ils sont bien emmer… ennuyés puisque leurs « cases » de statuts ne sont pas assez larges. Mais heureusement, la jeunesse n’attend pas l’administration et la France est bien obligée de s’adapter 🙂 Non sans faire quand-même du dégât, mais ça c’est une autre histoire… (Oui j’ai prévu de vous la raconter.)

Quand un geek a chaud, ça peut donner des trucs bizarres.

Au risque de froisser le père Trump (ha mais oui, c’est vrai, j’en ai rien à fou.. à faire), on a un petit problème de climat. Comment le sais-je? 45 putains de degrés à l’ombre au mois de juin! Haaaaa!!!! On meurt!

Alors ok, ça me donne une excuse pour un gag, mais quand-même! On est français, on a pas besoin de ça pour se plaindre! Sérieux, dès qu’on dépasse les 26 degrés on se met à râler… Oui, c’est ça la French Quality 🙂